Bienvenue aux Saintes -Marie-de-la-mer



 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 pps trés beaux,images,musiques ,poésies

Aller en bas 
AuteurMessage
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Lun 27 Mar - 17:09









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: textes a méditer psychologie   Sam 22 Avr - 11:59






Attention à la passivité

Il est, dans l'univers de la pensée, une loi de genre.

Chaque être humain est doté de deux principes:
le principe masculin, ou actif, le principe féminin, ou passif.
Lorsque vous agissez, c'est le principe masculin qui domine. Au moment où vous n'agissez pas, c'est le principe féminin qui prévaut: vous êtes passif.

Or, lorsqu'on est passif, que se passe t-il? On subit les forces agissantes.
Nous sommes, sur cet océan qu'est la vie, un navire: lorsque les machines du bateau ne sont pas en action pour le conduire là où le capitaine - l'esprit en nous - veut aller, il subit les courants et va à la dérive.
Ceci doit vous faire comprendre que, lorsque vous n'êtes pas chargé à bloc de pensées positives, donc agissantes, vous êtes passivement à la merci des pensées, des images, des suggestions négatives qui vous atteignent et ne demandent qu'à vous influencer, vous entraîner.
Tout ce que nous voyons et entendons, toutes les pensées invisibles que nous captons, tombent comme des graines dans notre subconscient, lorsque nous le laissons passif et sans défense. Et là, elles germent.
Remarquez-vous combien certains films effrayants, certains livres noirs, les faits divers des journaux, certaines personnes puissamment pessimistes, vous laissent déprimés et anxieux? Ils sèment dans votre être passif de mauvaises graines qui, si vous ne réagissez pas activement, continuent à grandir, alors même que vous avezoublié ces histoires ou ces gens.
Encore une fois, faites bonne garde. A vous de n'accueillir que les pensées-germes de belles réalisations.
Opposez un "non " catégorique à toute vision d'angoisse, en affirmant, sur le principe féminin passif, la prépondérance du principe masculin créateur, actif.

Marcelle AUCLAIR
Le livre du bonheur

====

La pensée est créatrice

Toute pensée quelle soit positive ou négative atteint toujours la personne vers qui elle a été dirigée. Au départ, la technique de visualisation créatrice était utilisée à des fins d'améliorations personnelles. Elle permettait en fait d'augmenter les composants de sa personnalité et gommer ses défauts par la pensée positive et la suggestion avec une puissance accrue de part les images mentales. Par des séances régulières de visualisation créatrice, il est possible d'influencer des évènements et des individus. On peut comparer l'influence à distance à la prière car ils ont en commun la volonté d'obtenir un résultat par des souhaits répétés. Utilisée vers des individus cibles, cette influence pourra être considérée comme de l'auto-hypnose sauf que les résultats dépendent de la non-contradiction avec la volonté profonde du destinataire. Un exemple pratique de visualisation créatrice consistera à influer une personne que l'on doit rencontrer dans les jours à venir. C'est peut être une personne importante que vous ne connaissez peut être pas encore et vous avez besoin de dominer la situation et impressionner votre interlocuteur afin d'obtenir quelque chose. Durant la semaine précédant votre entretien, pratiquez la visualisation créatrice en préparant le scénario idéal pour la réussite de votre projet. Tous les jours, réservez-vous un quart d'heure pour réaliser votre opération. Assurez-vous de ne pas être dérangé et d'être calme et reposé. Installez-vous confortablement et jouez dans votre écran mental le scénario préparé. Imaginez par exemple, entrant très détendu dans le bureau de votre interlocuteur et lui exposer vos arguments. Imaginez le attentif et intéressé à vos propos. A vous d'adapter la visualisation à votre demande et aussi précisément que possible. Le plus difficile est de pouvoir réussir à visualiser clairement les images dans votre esprit sans pensée parasite et avec beaucoup de détails. Des exercices sérieux, réguliers et une vie saine permettent d'y arriver.

===
La vie est une succession d'événements dont je suis tantôt la cause,
tantôt l'effet, des aventures dont je suis le héros ou la victime.
La vie est un mouvement perpétuel qui me fait osciller entre tristesse et bonheur,
entre colère et joie. C'est une longue traversée où je navigue tantôt dans la tempête,
tantôt sur des eaux calmes. C'est un voyage parsemé de pièges et de bonnes fortunes.
S'il ne peut y avoir de vie sans amour, il ne peut y avoir de vie sans accrocs.

Aujourd'hui, je considère avec bienveillance tous les visages de la vie.









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: poésies choisies pour vous   Mar 25 Avr - 20:48






Théodore Agrippa d' AUBIGNÉ   (1552-1630)

Ce doux hiver qui égale ses jours

Ce doux hiver qui égale ses jours
A un printemps, tant il est aimable,
Bien qu'il soit beau, ne m'est pas agréable,
J'en crains la queue, et le succès toujours.

J'ai bien appris que les chaudes amours,
Qui au premier vous servent une table
Pleine de sucre et de mets délectable,
Gardent au fruit leur amer et leurs tours.

Je vois déjà les arbres qui boutonnent
En mille noeuds, et ses beautés m'étonnent,
En une nuit ce printemps est glacé,

Ainsi l'amour qui trop serein s'avance,
Nous rit, nous ouvre une belle apparence,
Est né bien tôt bien tôt effacé.

==

Théodore Agrippa d' AUBIGNÉ   (1552-1630)

Est-il donc vrai qu'il faut que ma vue enchantée

Est-il donc vrai qu'il faut que ma vue enchantée
Allume dans mon sein l'homicide désir
Qui fait haïr ma vie, et pour elle choisir
L'aisé saccagement de ma force domptée !

Puis-je.voir sans pleurer ma raison surmontée.
Laisser mon sens captif par la flamme périr ?
Puis-je voir la beauté qui me contraint mourir
Se rire en sa blancheur de moi ensanglantée ?

Je maudis les fiertés, les beautés et les cieux,
Je maudis mon vouloir, mon désir et mes yeux,
Je louerais les beautés, cieux et persévérance,

Si sa beauté voulait animer sa pitié,
Si les cieux inclinaient sur moi son amitié,
La dure fermeté, si elle était constance.

==

Théodore Agrippa d' AUBIGNÉ   (1552-1630)

Ô divine Inconstance, aie pitié de moi
Guéris en me blessant ma plaie et mon émoi,
Pardonne le dépit de mon âme pressée,
Pardonne-lui les maux qu'au premier offensée,
Elle a vomi sur toi frénétique en courroux.
Change sa volonté, ton nom lui sera doux,
Et comme j'ai tourné le médire en louange,
Fais qu'un coeur amoureux à n'aimer plus se change.
Je te ferai rouler un autel d'un ballon,
J'immolerai dessus des feuilles qu'Aquilon
Ton père nous fait choir au pluvieux automne,
Je t'offrirai de l'air d'une cloche qui sonne,
Et le coq qui virait sur le haut du clocher,
Dansant de cent façons ; je courrai te chercher
De l'eau et du savon, et ferai à merveilles
D'une paille fendue envoler des bouteilles ;
J'offrirai du duvet, plumes, fleurs et chardons,
Et de l'eau de la mer et des petits glaçons,
Un caméléon tout vif, et au lieu de paroles,
Je dirai sans propos cent mille fariboles,
Et sacrant tout cela à ton nom immortel
Je brûlerai encor et le temple et l'autel [...]








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: mes citations imagées en musique   Jeu 22 Juin - 13:54









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: légende en Haute- Saône   Mer 5 Juil - 21:21


bonsoir ,je viens de regarder l'étape du tour de France avec cette belle légende a l'arrivée


Tour de France : découvrez la 5e étape entre Vittel et La Planche des Belles Filles


c'est en Haute- Saône

Légende de la Planche des Belles Filles« Il y a bien longtemps, un matin, la commune de Plancher-les-Mines tomba dans un grand émoi : les Suédois qui avaient envahi les terres lorraines approchaient en semant la terreur. Inès, qui était d’une beauté remarquable, admirait le courage des hommes du pays qui souhaitaient résister, tous sans exception. Elle pensa cependant que le meilleur moyen d’échapper aux barbares serait de se cacher dans la montagne. Beaucoup plus haut, il y avait un étang au milieu des grands chênes.

Après avoir réunit les jeunes filles du village, Inès et ses jeunes compagnes se mirent en chemin. Toutes avaient revêtu leurs plus jolies robes blanches et mirent des couronnes de liserons sur leurs cheveux, comme pour un jour de fête.

De là-haut, elles entendirent les cloches sonner le tocsin. Les Suédois arrivaient…

Quelques heures à peine s’étaient écoulées, que les bruits angoissants se rapprochaient et soudain, à travers les branches, Inès vit apparaître une troupe à cheval. Terrifiée, elle regardait avancer à la tête des cavaliers, un jeune chef qui lui parut beau comme un dieu.

Le Suédois avait arrêté son coursier et contemplait la jeune fille, muet d’émerveillement. Dans un regard, l’espace d’un instant, ils s’aimèrent vraiment. Le jeune chef ébaucha un geste, sans doute pour ordonner à sa troupe de faire grâce.

Mais les soldats hurlant se ruèrent vers leurs proies. Les jeunes filles éperdues s’étaient serrées autour d’Inès, qui, donnant l’exemple, se jeta dans les eaux sombres de l’étang. Les compagnes l’imitèrent sans hésiter. Le chef se précipita pour sauver Inès. Lorsqu’il parvint à la retirer des nénuphars, elle n’était plus qu’un corps sans vie. Il l’a prise dans ses bras comme un frêle enfant et la déposa sur un lit de mousse. Désespéré, il déposa sur le front d’Inès un baiser.

Le soldat prit ensuite une planche sur laquelle, de son poignard, il grava une épitaphe pour ces belles filles que furent Inès et ses malheureuses compagnes. »

L'étang de la planche des belles Filles

Le massacre de 1635


La Planche-des-Belles-Filles aurait été le théâtre d'un abominable massacre au cours de la Guerre de Trente Ans.

Entre 1618 et 1648, un terrible conflit opposant les Princes Protestants Allemands, à l'autorité Impériale Catholique, s'internationalisait avec l'intervention de la France et de son alliée, la Suède. Les chefs mercenaires qui menaient cette guerre étaient à la tête de troupes indisciplinées et de toutes origines, qui menèrent des actes cruels et dévastateurs.

L'Alsace, les Vosges et la Comté souffrirent des Suédois, qui étaient les plus cruels : pillages, viols, incendies, tueries étaient leurs actes quotidiens et favoris.

En 1635, pendant l'hiver neigeux, les Suédois aux ordres de Mansfeld, chef de guerre brutal agissant pour Richelieu, remontent la vallée du Rahin pour cantonner à Plancher-les-Mines.
Les paysans des vallées du Rahin et de la Savoureuse (côté Belfort), se sauvent dans la montagne de Saint-Antoine avec leur pauvres biens et leur maigre bétail.
Les épouses et les filles qui avaient encore plus à craindre des Suédois, continuent leur chemin dans la neige, jusqu'au plus haut sommet du Ballon d'Auxelles, où elles pensaient être en sécurité.

Mais une trahison mena les Suédois jusqu'au refuge des paysans. Le massacre dure jusqu'à l'aube et ils sont tous tués, seul un enfant réussit à s'échapper et court vers les chaumes (sommet du ballon) pour alerter les femmes.
Mais dans la neige, ses traces sont faciles à suivre, et les soldats sont déjà derrière lui. Les femmes comprennent le danger et savent ce qui les attend, d'horribles tortures et la mort, pour les éviter elles dévalent les pentes abruptes du Ballon et se jettent dans un étang aux eaux noires.

Seule une jeune fille aurait échappé à la noyade et aurait raconté ce récit. On dit que c'est depuis ce temps, que l'étang et la planche qui le surplombe, portent ce nom de "Belles-Filles".








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Ven 7 Juil - 17:54

Vraiment superbe !!!!

MERCI
Revenir en haut Aller en bas
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Ven 7 Juil - 21:31









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: mes citations   Ven 7 Juil - 21:32














Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Sam 8 Juil - 13:09

Merci
Revenir en haut Aller en bas
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: poesies choisies pour vous   Sam 21 Oct - 16:41






naissance 24 décembre 1879
Montréal, Drapeau du Canada
Décès 18 novembre 1941 (à 61 ans)


Poète


EMILE NELLIGAN


Rien n'est plus doux aussi que de s'en revenir
Comme après de longs ans d'absence,
Que de s'en revenir
Par le chemin du souvenir
Fleuri de lys d'innocence,
Au jardin de l'Enfance.
Au jardin clos, scellé, dans le jardin muet
D'où s'enfuirent les gaietés franches,
Notre jardin muet
Et la danse du menuet
Qu'autrefois menaient sous branches
Nos soeurs en robes blanches.
Aux soirs d'Avrils anciens, jetant des cris joyeux
Entremêlés de ritournelles,
Avec des lieds joyeux
Elles passaient, la gloire aux yeux,
Sous le frisson des tonnelles,
Comme en les villanelles.

Cependant que venaient, du fond de la villa,
Des accords de guitare ancienne,
De la vieille villa,
Et qui faisaient deviner là
Près d'une obscure persienne,
Quelque musicienne.
Mais rien n'est plus amer que de penser aussi
À tant de choses ruinées !
Ah ! de penser aussi,
Lorsque nous revenons ainsi
Par des sentes de fleurs fanées,
À nos jeunes années.
Lorsque nous nous sentons névrosés et vieillis,
Froissés, maltraités et sans armes,
Moroses et vieillis,
Et que, surnagent aux oublis,
S'éternisent avec ses charmes
Notre jeunesse en larmes !

===


Ruines

Quelquefois je suis plein de grandes voix anciennes,
Et je revis un peu l'enfance en la villa ;
Je me retrouve encore avec ce qui fut là
Quand le soir nous jetait de l'or par les persiennes.

Et dans mon âme alors soudain je vois groupées
Mes soeurs à cheveux blonds jouant près des vieux feux ;
Autour d'elles le chat rôde, le dos frileux,
Les regardant vêtir, étonné, leurs poupées.

Ah ! la sérénité des jours à jamais beaux
Dont sont morts à jamais les radieux flambeaux,
Qui ne brilleront plus qu'en flammes chimériques :

Puisque tout est défunt, enclos dans le cercueil,
Puisque, sous les outils des noirs maçons du Deuil,
S'écroulent nos bonheurs comme des murs de briques !

==


Voeux simples

Cécile Sauvage

Vivre du vert des prés et du bleu des collines,
Des arbres racineux qui grimpent aux ravines,
Des ruisseaux éblouis de l’argent des poissons ;
Vivre du cliquetis allègre des moissons,
Du clair halètement des sources remuées,
Des matins de printemps qui soufflent leurs buées,
Des octobres semeurs de feuilles et de fruits
Et de l’enchantement lunaire au long des nuits
Que disent les crapauds sonores dans les trèfles.
Vivre naïvement de sorbes et de nèfles,
Gratter de la spatule une écuelle en bois,
Avoir les doigts amers ayant gaulé des noix
Et voir, ronds et crémeux, sur l’émail des assiettes,
Des fromages caillés couverts de sarriettes.
Ne rien savoir du monde où l’amour est cruel,
Prodiguer des baisers sagement sensuels
Ayant le goût du miel et des roses ouvertes
Ou d’une aigre douceur comme les prunes vertes
À l’ami que bien seule on possède en secret.
Ensemble recueillir le nombre des forêts,
Caresser dans son or brumeux l’horizon courbe,
Courir dans l’infini sans entendre la tourbe
Bruire étrangement sous la vie et la mort,
Ignorer le désir qui ronge en vain son mors,
La stérile pudeur et le tourment des gloses ;
Se tenir embrassés sur le néant des choses
Sans souci d’être grands ni de se définir,
Ne prendre de soleil que ce qu’on peut tenir
Et toujours conservant le rythme et la mesure
Vers l’accomplissement marcher d’une âme sûre.
Voir sans l’interroger s’écouler son destin,
Accepter les chardons s’il en pousse en chemin,
Croire que le fatal a décidé la pente
Et faire simplement son devoir d’eau courante.
Ah ! vivre ainsi, donner seulement ce qu’on a,
Repousser le rayon que l’orgueil butina,
N’avoir que robe en lin et chapelet de feuilles,
Mais jouir en son plein de la figue qu’on cueille,
Avoir comme une nonne un sentiment d’oiseau,
Croire que tout est bon parce que tout est beau,
Semer l’hysope franche et n’aimer que sa joie
Parmi l’agneau de laine et la chèvre de soie.

Cécile Sauvage, Tandis que la terre tourne








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: poesies choisies pour vous   Dim 22 Oct - 18:24




Étienne Mallarmé, dit Stéphane Mallarmé, né à Paris le 18 mars 1842 et mort à Valvins le 9 septembre 1898, est un poète français, également enseignant, traducteur et critique. Wikipédia
Date et lieu de naissance : 18 mars 1842, Paris
Date et lieu de décès : 9 septembre 1898, Vulaines-sur-Seine

Stéphane Mallarmé




Tristesse d'été
Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie,

En l'or de tes cheveux chauffe un bain langoureux

Et, consumant l'encens sur ta joue ennemie,

Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux.


De ce blanc Flamboiement l'immuable accalmie

T'a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux,

« Nous ne serons jamais une seule momie

Sous l'antique désert et les palmiers heureux! »


Mais ta chevelure est une rivière tiède,

Où noyer sans frissons l'âme qui nous obsède

Et trouver ce Néant que tu ne connais pas.


Je goûterai le fard pleuré par tes paupières,

Pour voir s'il sait donner au coeur que tu frappas

L'insensibilité de l'azur et des pierres.

==




Brise marine
La chair est triste, hélas! et j'ai lu tous les livres.

Fuir! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres

D'être parmi l'écume inconnue et les cieux!

Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux

Ne retiendra ce coeur qui dans la mer se trempe

O nuits! ni la clarté déserte de ma lampe

Sur le vide papier que la blancheur défend

Et ni la jeune femme allaitant son enfant.

Je partirai! Steamer balançant ta mâture,

Lève l'ancre pour une exotique nature!

Un Ennui, désolé par les cruels espoirs,

Croit encore à l'adieu suprême des mouchoirs!

Et, peut-être, les mâts, invitant les orages

Sont-ils de ceux qu'un vent penche sur les naufrages

Perdus, sans mâts, sans mâts, ni fertiles îlots...

Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots!








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: poesies choisies pour vous   Dim 22 Oct - 18:25



Bonjour mon coeur

Poète : Pierre de Ronsard (1524-1585)

naissance septembre 1524
Château de la Possonnière à Couture-sur-Loir en Vendômois,
naissance septembre 1524
Décès 27 décembre 1585 (à 61 ans)
Prieuré de Saint-Cosme, Touraine,


Recueil : Le second livre des Amours (1556).

Bonjour mon coeur, bonjour ma douce vie.
Bonjour mon oeil, bonjour ma chère amie,
Hé ! bonjour ma toute belle,
Ma mignardise, bonjour,
Mes délices, mon amour,
Mon doux printemps, ma douce fleur nouvelle,
Mon doux plaisir, ma douce colombelle,
Mon passereau, ma gente tourterelle,
Bonjour, ma douce rebelle.

Hé ! faudra-t-il que quelqu'un me reproche
Que j'aie vers toi le coeur plus dur que roche
De t'avoir laissée, maîtresse,
Pour aller suivre le Roi,
Mendiant je ne sais quoi
Que le vulgaire appelle une largesse ?
Plutôt périsse honneur, court, et richesse,
Que pour les biens jamais je te relaisse,
Ma douce et belle déesse.

Pierre de Ronsard.








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Chien
1641
Date de naissance : 26/08/1946
Date d'inscription : 23/05/2016
72
Localisation : nimes
Emploi/loisirs : retraite
Humeur : Très Bonne

MessageSujet: Re: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Dim 22 Oct - 19:01

Bonjour je trouve sa très joli bisous







Coucou bienvenue sur le forum Invité passe une excellente journée Bisous de 2018
Revenir en haut Aller en bas
http://mjean.centerblog.net/ ET http://jean-louis.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: poesies choisies pour vous   Dim 22 Oct - 19:26

L’automne
Alphonse de Lamartine
Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: textes a méditer philosophie   Jeu 13 Sep - 11:52




FABLES D’ÉSOPE



Le coq et la perdrix

Un homme élevait des coqs dans sa maison. Un jour, il acheta sur un marché une perdrix domestique, la rapporta chez lui et la plaça avec les coqs. Mais ceux-ci la frappèrent à coups de becs et la chassèrent. «Ils me méprisent parce que je suis d'une autre race », se dit-elle et elle en eut gros cœur. Quelques jours passèrent; la perdrix constata que les coqs se battaient également entre eux et ne se lâchaient qu'une fois couverts de sang. Alors elle se dit : a Je n'ai plus à me plaindre d'avoir été frappée par ces coqs puisqu'ils se frappent aussi entre eux. »

Cette fable montre que les gens sensés supportent facilement les vexations des autres quand ils voient que ces autres s'en prennent aussi bien à leurs proches.



Les pêcheurs

Des pêcheurs tiraient un filet. Comme il était très lourd, ils jubilaient déjà rien qu'en pensant à leur aubaine. Mais quand le filet fut tiré sur la rive, ils y trouvèrent beaucoup de pierres et de déchets et très peu de poisson. Ils en eurent le cœur très gros, moins pour avoir ramassé des pierres que pour avoir été si déçus. Mais l'un d'eux, un vieillard, dit aux autres : « Cessons de nous affliger, mes amis. On dit que la joie a pour sœur le chagrin. Nous avons eu la joie tout au début, il nous fallait bien le chagrin par la suite. »

II en est de même pour nous : voyant combien la vie est changeante, il faut se dire que l'orage succède toujours au beau temps



Le cheval et l'âne

Un homme avait un cheval et un âne. Uni jour qu'ils cheminaient, l’âne dit au cheval : « Si tu ne veux pas que je meure, soulage-moi d'une partie de ma charge. » L'autre fit la sourde oreille et l'âne, épuisé de fatigue, tomba et rendit l'âme. Alors le maître chargea le tout sur le cheval, y compris la peau de son malheureux compagnon, et le cheval gémit : « Pauvre de moi, quelle infortune! Il ne manquait plus que cela! Pour avoir refusé de charger un fardeau léger, j'en suis réduit à tout porter, y compris la peau de cet âne. »

Cette fable montre que si les grands acceptaient de s'allier aux petits ils sauveraient ainsi leur vie.



Le berger et le loup

Un berger trouva un jour un louveteau. Il le prit et le nourrit avec ses chiens. Quand le louveteau eut grandi, il se lançait avec les autres chiens à la poursuite de tous les loups qui venaient enlever des moutons. Et quand les chiens, épuisés, renonçaient à courir et s'en revenaient sur leurs pas, lui, en loup qu'il était, continuait jusqu'au bout la poursuite. Après quoi, il rentrait au bercail. Quand aucun loup n'enlevait de mouton, il allait de lui-même en pourchasser un en cachette pour s'en repaître avec les chiens. Jusqu'au jour où le berger, voyant ce qui arrivait, en finit avec lui en le pendant à un arbre.

Cette fable montre qu'un naturel pervers n'engendrera jamais de caractère honnête.








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Chien
1641
Date de naissance : 26/08/1946
Date d'inscription : 23/05/2016
72
Localisation : nimes
Emploi/loisirs : retraite
Humeur : Très Bonne

MessageSujet: Re: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Jeu 13 Sep - 12:09

Bonjour je trouve que ces très joli Merci pour ce partage bisous







Coucou bienvenue sur le forum Invité passe une excellente journée Bisous de 2018
Revenir en haut Aller en bas
http://mjean.centerblog.net/ ET http://jean-louis.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: poésie choisie pour vous   Jeu 1 Nov - 18:30





 Novembre

Les grand’routes tracent des croix
A l’infini, à travers bois ;
Les grand’routes tracent des croix lointaines
A l’infini, à travers plaines ;
Les grand’routes tracent des croix
Dans l’air livide et froid,
Où voyagent les vents déchevelés
A l’infini, par les allées.

Arbres et vents pareils aux pèlerins,
Arbres tristes et fous où l’orage s’accroche,
Arbres pareils au défilé de tous les saints,
Au défilé de tous les morts
Au son des cloches,

Arbres qui combattez au Nord
Et vents qui déchirez le monde,
Ô vos luttes et vos sanglots et vos remords
Se débattant et s’engouffrant dans les âmes profondes !

Voici novembre assis auprès de l’âtre,
Avec ses maigres doigts chauffés au feu ;
Oh ! tous ces morts là-bas, sans feu ni lieu,
Oh ! tous ces vents cognant les murs opiniâtres
Et repoussés et rejetés
Vers l’inconnu, de tous côtés.

Oh ! tous ces noms de saints semés en litanies,
Tous ces arbres, là-bas,
Ces vocables de saints dont la monotonie
S’allonge infiniment dans la mémoire ;
Oh ! tous ces bras invocatoires
Tous ces rameaux éperdument tendus
Vers on ne sait quel christ aux horizons pendu.

Voici novembre en son manteau grisâtre
Qui se blottit de peur au fond de l’âtre
Et dont les yeux soudain regardent,
Par les carreaux cassés de la croisée,
Les vents et les arbres se convulser
Dans l’étendue effarante et blafarde,

Les saints, les morts, les arbres et le vent,
Oh l’identique et affolant cortège
Qui tourne et tourne, au long des soirs de neige ;
Les saints, les morts, les arbres et le vent,
Dites comme ils se confondent dans la mémoire
Quand les marteaux battants
A coups de bonds dans les bourdons,
Ecartèlent leur deuil aux horizons,
Du haut des tours imprécatoires.

Et novembre, près de l’âtre qui flambe,
Allume, avec des mains d’espoir, la lampe
Qui brûlera, combien de soirs, l’hiver ;
Et novembre si humblement supplie et pleure
Pour attendrir le coeur mécanique des heures !

Mais au dehors, voici toujours le ciel, couleur de fer,
Voici les vents, les saints, les morts
Et la procession profonde
Des arbres fous et des branchages tords
Qui voyagent de l’un à l’autre bout du monde.
Voici les grand’routes comme des croix
A l’infini parmi les plaines
Les grand’routes et puis leurs croix lointaines
A l’infini, sur les vallons et dans les bois !

Emile Verhaeren,








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Chien
1641
Date de naissance : 26/08/1946
Date d'inscription : 23/05/2016
72
Localisation : nimes
Emploi/loisirs : retraite
Humeur : Très Bonne

MessageSujet: Re: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   Ven 2 Nov - 3:01

Bonjour Très joli gros bisous







Coucou bienvenue sur le forum Invité passe une excellente journée Bisous de 2018
Revenir en haut Aller en bas
http://mjean.centerblog.net/ ET http://jean-louis.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: pps trés beaux,images,musiques ,poésies   

Revenir en haut Aller en bas
 
pps trés beaux,images,musiques ,poésies
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pps trés beaux,images,musiques ,poésies
» Avez-vous des beaux arbres à suggérer à Papillon?
» quelques beaux scoots
» suite photos de jardin d'agaves et autres
» beau papillon

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue aux Saintes -Marie-de-la-mer  :: Citations, Proverbes Et Poêmes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: