Bienvenue aux Saintes -Marie-de-la-mer



 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 et si on parlait "lecture " beaux livres

Aller en bas 
AuteurMessage
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: et si on parlait "lecture " beaux livres   Lun 28 Nov - 18:18

sur ma liseuse de viens de finir ce livre magnifique et poignant





SI JE NE PEUX PLUS MARCHER, JE COURRAI !

Un ouvrage de foi où les témoignages bouleversants se muent en cri d’espoir. Si je ne peux plus marcher, je courrai ! revient sur ces hommes et ces femmes qui souffrent dans leur chair, mais qui dans un sursaut de courage reprennent goût à la vie. La préface de Philippe Pozzo Di Borgo, « l’Intouchable » qui n’a pas sa langue dans sa poche, nous donne un sacré coup de fouet. Axelle Huber ne fait pas dans le misérabilisme. Son essai réfléchit la lumière pour tous les porteurs de handicap, leurs familles et leurs amis.


Axelle Huber
Témoignages et biographies
À 37 ans, Léonard, époux et père de 4 enfants, est atteint de la maladie de Charcot (Sclérose Latérale Amyotrophique) qui le prive peu à peu de tous ses muscles et le rend prisonnier d'un corps qui ne répond plus. Léonard garde le sourire et connaît la joie malgré l'épreuve, la souffrance et la mort 4 ans plus tard. Avec une grande justesse de ton, son épouse raconte l'humour indéfectible de Léonard malgré la maladie croissante. Ce livre rapporte le cheminement de toute une famille dans les difficultés, la souffrance et la mort. Il révèle comment la joie peut demeurer présente au coeur de l'épreuve.
Un témoignage bouleversant, à dévorer d'une traite !
Préface de Philippe Pozzo di Borgo.








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: si comme moi vous aimez lire   Lun 28 Nov - 18:40

bonsoir si vous aimez lire comme moi nous pouvons échanger et parler de nos lectures  il faudra me le faire savoir   amitiés Simone Very Happy








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: personne aime lire ici ?????   Dim 11 Déc - 18:32









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: mon livre de chevet actuel sur ma liseuse   Mar 25 Avr - 20:50






Présentation de l'éditeur
Le témoignage bouleversant d'une mère : comment un chaton, Cléo, va aider une famille à faire le deuil d un petit garçon, Sam. Helen est mère de deux garçons, Sam et Rob. Sam, l'aîné, 10 ans, est passionné par les animaux. Quand la voisine Léna leur propose un chaton, Sam insiste auprès de ses parents pour l'adopter. Helen accepte que ses fils aillent voir les chats mais refuse catégoriquement qu'ils en rapportent un à la maison. Quelques mois plus tard, c'est le drame. Sam, qui a trouvé un pigeon blessé, veut le porter chez le vétérinaire. Sur le chemin, une voiture percute et tue le petit garçon. Rob, impuissant, assiste à la scène. Il ne s'en remettra jamais vraiment. La famille va réapprendre à vivre en accueillant, d'abord avec réticence, le petit chat qu'apporte Léna. Le petit chat de Sam, celui qu'il aurait pu avoir. Une petite chatte en réalité, Cléo, qui va recevoir la tendresse que la famille avait pour Sam. Helen Brown, la maman de Sam, signe un témoignage à couper le souffle. Elle raconte avec émotion le deuil difficile d'une mère et d'une famille, ou comment elle a dû apprendre à se reconstruire. Cléo et Sam, son témoignage traduit dans de nombreux pays, fera écho auprès de tous les parents qui n'osent imaginer le pire, l'impensable.
Biographie de l'auteur
Helen Brown, la maman de Sam, vit en Nouvelle Zélande : elle signe un témoignage à couper le souffle. Elle raconte avec émotion le deuil difficile d'une mère et d'une famille, ou comment elle a dû apprendre à se reconstruire. Cléo et Sam, son témoignage traduit dans de nombreux pays, fera écho auprès de tous les parents qui n'osent imaginer le pire, l'impensable.









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Chien
1641
Date de naissance : 26/08/1946
Date d'inscription : 23/05/2016
72
Localisation : nimes
Emploi/loisirs : retraite
Humeur : Très Bonne

MessageSujet: Re: et si on parlait "lecture " beaux livres   Mer 26 Avr - 5:12

Bonjour je trouve que ta lecture est belle joli partage Bisous a toi Amitié







Coucou bienvenue sur le forum Invité passe une excellente journée Bisous de 2018
Revenir en haut Aller en bas
http://mjean.centerblog.net/ ET http://jean-louis.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: textes a méditer psychologie   Lun 11 Sep - 12:17





Amour-Passion

La passion est une étreinte de feu,

Elle peut nous détruire ou nous élever.

Ce feu dévorant consume tous sur son passage.

Il n’a ni cesse ni répit, lors qu’il s’empare d’un être.

Chacune des cellules du corps lui appartiennent,

Tour à tour il les embrase, les attise de désirs,

Portant son souffle brûlant d’envie,

Sur l’extérieur choisi comme support par reflet de nous même en l’autre.

Il jette ses rets sur l’objet, la chose ou le sujet convoités.

Si l’abnégation, la compassion, la sagesse ne nous habite pas,

Il fait de nous une torche vivante qui s’auto alimente perpétuellement.

Dépasser la passion, ce n’est pas la rejeter car ce serait se nier soi même.

Il faut donc le vivre pour la dépasser et permettre à ce feu passionnel de s’élever en esprit.

Nous permettant de devenir ainsi, un feu salvateur pour nous même et pour autrui.

Nos cellules s’illuminent alors, notre regard porte le véritable amour, juste avec le savoir du silence !

Donnant à celui ou celle qui vous croise, cette étincelle qui éclaire et attire afin de réchauffer son cœur au feu élevé de la passion.

Dépasser la passion c’est « ça voir » aimer.

Mariam de sainte Cécile

===

Réalités illusoires



« Notre corps est adapté, conditionné à cette expérience humaine.

Nous sommes sur terre pour vivre cela à travers nos cellules. »

Nous aimerions tous comprendre ce qui nous a crée, ce qu’est cette vie.

Nous pensons pouvoir tout expliquer par les moyens qui sont les nôtres : la science, la physique, ou la spiritualité, et autres…

Acquérir des capacités de clairvoyance, de clair- audience, voir même aller jusqu’ à la clair- conscience, allez, devenir un maitre éveillé.

Quelle dérision illusoire. Nous sommes dans cet espace temps pour vivre cette expérience. Notre véhicule corps est soumis aux limitations de cet espace. Accepter ce fait est une approche consciente de nos limites corporelles et animiques.

Alors s’évader par les mémoires de l’âme ? Illusions !

Fusionner avec l’esprit ?peut être mais en sachant que ce n’est qu’une illusion d’esprit !

Car tant que nous sommes à l’extérieur ou que nous nous percevons en dehors du tout, c’est : réalités illusoires !

Tant que nous décrivons ce que nous voyons ce que nous pensons nous sommes à l’extérieur de… (Pour pouvoir penser ce que pense mon frère, je dois être lui, hors je ne peux pas puisque je suis… moi !)

*Comme si depuis la rue, sur le trottoir nous regardions la vitrine d’un magasin féerique. Pour être… il faut être dedans mais savoir aussi que nous serons limités à l’intérieur de cette vitrine de magasin. Le mannequin qui est conscient de son état de mannequin.*

L’humain veut tout expliquer, comprendre les univers, cela le rassure mais nous en sommes incapables du fait de que nous sommes justement… des humain. Nous ne pouvons donner que nos propres explications, nos synthèses personnelles, des approches et suggestions selon nos perceptions ...illusoires… sur les galaxies et les mouvements de vie et le reste aussi. Un jour peut être …oui nous le pourront si nous sommes en adéquation avec ce que nous pouvons comprendre et être !

Il y a eu tant d’écrits et de dits depuis ce siècle, de versions surprenantes, chaque se prenant pour le guide à suivre car sûr et certain de sa réalité illusoire. Toutes les versions étaient réelles depuis les perceptions du receveur et maintenant nous posons cette question :

Ne sommes-nous pas créateurs de nos propres réalités illusoires ?

Voilà qui peut être difficile à admettre !

Pourquoi ? Simplement dans la logique des idées perçues, l’autre à tort et que moi… ? J’ai raison !

Ainsi va notre expérience terrestre jusqu’à ce que chacun voit que l’autre c’est lui, sous une autre forme et qu’il s’accepte et s’aime sous toutes ses variantes.

Cette réalité bien perçue comme illusion mais est une réalité plus rapprochée d’un esprit conscient qui va donc vivre son expérience de vie en silence.

C’était juste une réalité illusoire de plus … la mienne.

Mariam de sainte Cécile

20 Février 2017








Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: j'aime lire sur ma liseuse    Lun 2 Oct - 16:48




Elle a été euthanasier ce lundi en belgique


Résumé :
« Je viens de rencontrer mes passeurs. Ces hommes qui font désormais partie de ma vie puisqu’ils vont m’aider à la quitter.
Je les ai sentis rigoureux, exigeants, prudents. Et engagés à me tendre doucement la main. Une autre médecine qui, quand elle ne peut plus soigner le corps, se décide à soigner l’âme. »
Parce qu’elle aime furieusement la vie et qu’elle est condamnée, Anne Bert a décidé de choisir et de ne pas subir jusqu’au bout les tortures que lui inflige la maladie de Charcot. C’est ce cheminement qu’elle nous raconte ici. Celui de devoir mourir hors-la-loi, et hors-les-murs, puisque la loi française ne l’autorise pas à abréger ses souffrances. Celui aussi de son dernier été.
Il faut découvrir le goût des dernières fois et des renoncements, apprendre à penser la mort, dire au revoir à ceux qu’elle aime, en faisant le pari de la joie malgré le chagrin.
Un récit poignant, une ode à la liberté et à la vie, permise seulement par sa détermination à dire non.



Une nouvelle proposition de loi visant à instaurer une «aide médicalisée active à mourir» déposée
La romancière avait prévu depuis plusieurs mois son départ en Belgique, où elle était suivie par des médecins. «Je serai donc accompagnée par des médecins que je connais, dans un service de soins palliatifs, à l'hôpital, racontait-elle. Je vais être hospitalisée quelques jours pendant lesquels je verrai à nouveau des psychologues, des médecins. Je peux renoncer jusqu'à la dernière minute. Au bout de ces quelques jours, si ma demande est réitérée, je vais être endormie et une injection létale sera pratiquée. À mes côtés, il y aura mon mari, ma fille et quelques personnes très proches. Je ne serai pas seule».









Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Chien
1641
Date de naissance : 26/08/1946
Date d'inscription : 23/05/2016
72
Localisation : nimes
Emploi/loisirs : retraite
Humeur : Très Bonne

MessageSujet: Re: et si on parlait "lecture " beaux livres   Lun 2 Oct - 17:23

Très joli partage Gros bisous







Coucou bienvenue sur le forum Invité passe une excellente journée Bisous de 2018
Revenir en haut Aller en bas
http://mjean.centerblog.net/ ET http://jean-louis.forumactif.org
simone26

avatar

Serpent
543
Date de naissance : 20/03/1941
Date d'inscription : 20/11/2016
77
Localisation : Montauban dans le sud ouest,occitanie
Emploi/loisirs : retraité fleuriste,lecture,musique,opéras,mes animaux
Humeur : toujours égale

MessageSujet: Pablo Neruda   Dim 28 Jan - 18:18






Nom de naissance Ricardo Eliécer Neftalí Reyes Basoalto
Naissance 12 juillet 1904
Décès 23 septembre 1973 (à 69 ans)
Santiago, Chili


LA CENTAINE D'AMOUR

(Il a écrit ces 100 « sonnets de bois » à son grand amour, sa dernière femme Matilde Urrutia.)


(extraits)

Au sein de la terre, j'écarterai
les émeraudes pour t'apercevoir
et toi d'une plume d'eau messagère
tu seras en train de copier l'épi.

Quel univers ! Quel stimulant persil !
Quel navire voguant sur la douceur !
Et toi peut-être et moi aussi topaze !
Toutes ensemble sonneront les cloches.

Il ne restera plus que tout l'air libre
avec la pomme emportée par le vent,
dans la ramée le livre succulent,

et au lieu où respirent les oeillets
nous fonderons un habit qui supporte
l'éternité d'un baiser victorieux.

Pablo

Tu arrives du Sud avec ses maisons pauvres,
dures régions du froid, du tremblement de terre
qui, même quand leurs dieux roulèrent dans la mort
ont donné la leçon de la vie dans la glaise.

Tu es un poulain de glaise noire, un baiser
de boue sombre, amour, coquelicot de glaise,
ramier du crépuscule éployé sur les routes,
tirelire à chagrin de notre pauvre enfance.

Fille, tu as conservé ton coeur de pauvresse
et tes pieds de pauvresse habitués aux cailloux,
ta bouche qui n'eut pas toujours du pain ou délice.

Tu es du pauvre Sud, d'où est venue mon âme;
dans ton ciel ta mère lave toujours du linge
avec la mienne. Amie ainsi je t'ai choisie.

Pablo

Parmi les étoiles admirées, mouillées
Par des fleuves différents et par la rosée,
J'ai seulement choisi l'étoile que j'aimais
et depuis ce temps-là je dors avec la nuit.

Parmi les vagues, une vague, une autre vague,
vague de verte mer, branche verte, froid vert,
j'ai seulement choisi l'unique et seule vague
et c'est la vague indivisible de ton corps.

Vers moi toutes les gouttes toutes les racines
et tous les fils de la lumière sont venus.

Je n'ai voulu que ta chevelure pour moi.
Et de toutes les offrandes de la patrie
Je n'ai choisi que celle de ton coeur sage.

Pablo

Matin

J'ai faim de tes cheveux, de ta voix, de ta bouche,
sans manger je vais par les rues, et je me tais,
sans le soutien du pain, et dès l'aube hors de moi
je cherche dans le jour la bruit d'eau de tes pas.

Je suis affamé de ton rire de cascade,
et de tes mains couleur de grenier furieux,
oui, j'ai faim de la pâle pierre de tes ongles,
je veux manger ta peau comme une amande intacte,

et le rayon détruit au feu de ta beauté,
je veux manger le nez maître du fier visage,
Je veux manger l'ombre fugace de tes cils,

J'ai faim, je vais, je viens, flairant le crépuscule
et je te cherche, et je cherche ton coeur brûlant
comme un puma dans le désert de Quitratùe.

Pablo

Midi

Ondine tu es fille de la mer, ton corps
est d'eau pure, ô cousine de l'origan,
et ton sang cuisinière, est de terre vivante,
terrestres et fleuries, voilà tes habitudes.

Tes yeux regardent l'eau, et soulèvent les vagues,
tes mains vont vers la terre, en y lâchant les graines,
l'eau et la terre où sont tes domaines profonds
se sont unies en toi par la loi de l'argile.

Naïade, ton corps fend la turquoise marine
et bientôt resurgi fleurit dans la cuisine
c'est ta façon à toi d'assumer ce qui est

Avant de t'endormir encerclée de mes bras
qui, pour que tu reposes, écartent de ta nuit
herbe, légumes, algues, écume de tes songes

Pablo
Nuit

Aimée, unis ton coeur au mien pendant la nuit :
que dans notre sommeil ils dissipent l'obscur
comme un double tambour combattant dans le bois
contre l'épais rempart du feuillage mouillé.

Nocturne traversée, sommeil aux braises noires
interceptant le fil des raisins de la terre
ainsi qu'un train absurde en sa ponctualité
et sans cesse traînant l'ombre et les pierres froides.

Mon amour, relie-moi à ce mouvement pur,
cette ténacité qui frappe en ta poitrine
comme un cygne englouti et dont battent les ailes.

Qu'à l'interrogation du ciel et des étoiles
réponde le sommeil avec sa seul clé,
avec sa porte unique et que l'ombre a fermée.

Pablo











Revenir en haut Aller en bas
http://drome26.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et si on parlait "lecture " beaux livres   Dim 28 Jan - 19:08


Bonjour Simone
Ce sont de superbes écrits, merci de me les avoir fait découvrir !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et si on parlait "lecture " beaux livres   Lun 29 Jan - 21:05

Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: et si on parlait "lecture " beaux livres   

Revenir en haut Aller en bas
 
et si on parlait "lecture " beaux livres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Beaux livres du Cantal
» Des beaux livres...
» pour ceux qui aiment la lecture...
» Livres de RY Creston
» 2 trés beaux sites

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue aux Saintes -Marie-de-la-mer  :: Citations, Proverbes Et Poêmes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: